Ma pratique

Est-ce que vous avez déjà fait l’expérience d’une écoute attentive, neutre et bienveillante ?
Il est très rare de pouvoir établir un lien de confiance avec quelqu’un qui s’intéresse authentiquement à qui vous êtes, qui n’a pas d’a priori, qui ne connait pas votre personnage social, qui partira d’une page blanche pour construire une relation à partir d’une rencontre vraie.

C’est cela que je propose. Tout simplement.
Cette simplicité a pourtant un pouvoir extraordinaire. La rencontre vraie entre deux êtres humains est en soi réparatrice, réconfortante et aidante. C’est du moins ce que je crois.

Je propose ce travail à travers une approche professionnelle, puisque j’ai suivi une solide formation et bénéficié une analyse personnelle poussée. Je veille aussi tout particulièrement à établir un cadre qui permet un travail en toute sécurité.

On entend souvent dire que nous avons toutes nos solutions en nous-même et je le pense. Pourtant nous sommes empêchés de les voir, par toutes sortes de choses qui nous bloquent (des « résistances »). Parler de nos problèmes, de nos questionnements à quelqu’un qui vous écoute vraiment permet d’avancer petit à petit, avec patience, sur son propre chemin.

S’engager dans une thérapie n’est pas chose facile. Je crois qu’il faut surtout qu’on « sente » la rencontre avec le thérapeute. Un même thérapeute ne convient pas à tout le monde. Pour savoir si je peux vous aider, il suffit de venir me rencontrer, et de vous faire confiance.

Je propose plusieurs sortes d’accompagnement.

La psychothérapie de soutien propose un accompagnement pour traverser une difficulté actuelle. Il peut s’agir par exemple de problèmes professionnels, de couple, de relations interpersonnelles, de mal être… Pour soulager le patient, je propose de nous pencher ensemble sur ses motivations inconscientes plutôt que de tenter de « corriger » des comportements. Les symptômes seront interprétés pour tenter de les comprendre. Révéler la motivation inconsciente d’un symptôme peut permettre de le transformer, voire de le faire disparaitre. La thérapie de soutien s’attache à un problème particulier et n’a pas vocation à durer au-delà du temps durant lequel le patient éprouve cette difficulté. Le thérapeute l’accompagne, comme une présence bénéfique, engagée à ses côtés. Les séances durent entre 45 et 50 minutes, à raison d’une par semaine, par quinzaine, voire par mois.

La psychothérapie analytique permet d’aborder un problème ou une question sous un angle psychanalytique. Elle débouche en général sur un champ plus large de la vie du patient. Il s’agira d’éclairer des comportements ou des pensées actuelles à partir de sa construction passée, comme par exemple comprendre un comportement qui se répète « involontairement ». On peut commencer une thérapie analytique suite à un traumatisme ancien, à des conflits internes entravant le bonheur, ou simplement pour mieux se connaitre. Le patient est invité à parler de ce qui lui vient à l’esprit, le thérapeute peut intervenir pour poser des questions ou proposer des interprétations pour permettre au patient une relecture de ses vécus. Il s’agit d’un véritable dialogue. Les séances durent entre 45 et 50 minutes, à raison d’une par semaine.

La psychanalyse est un engagement sur le long terme (généralement plusieurs années) vers une meilleure connaissance de soi. Ma pratique est d’inspiration Freudienne en ce qui concerne les grands concepts. Les séances consistent en un échange vivant. Le silence est important mais il ne doit pas être angoissant, votre parole doit être le plus libre possible et mes interventions s’y ajustent. A mon sens, une analyse est un cadeau que vous vous faites pour la vie.

Toutes ces approches ont en commun un cadre précis (confidentialité, régularité des séances, confiance) et une grande exigence en ce qui concerne le thérapeute (formation, analyse personnelle aboutie, supervision). Les séances se déroulent sous forme d’une conversation en face à face pour les psychothérapies. En analyse, la position  classique veut que le patient soit allongé sur un divan et le psychanalyste placé hors de sa vue, cet arrangement peut être discuté dans certains cas.

Je m’engage à proposer une écoute neutre et bienveillante et à accueillir tous propos sans les juger.